L’urgence écologique ? Sortir du capitalisme

Trois ans après la COP21 et à la veille de la COP24, force est de constater que les objectifs ne sont pas atteints. Les manifs et mouvements dénonçant les conséquences visibles du changement climatiques sont de plus en plus nombreux. Aussi, de nombreuses initiatives citoyennes proposent, construisent et expérimentent des alternatives écologiquement viables.

FACE AU JEU DE DUPE Devant l’ampleur des problèmes écologiques et actant de la vivacité de cette préoccupation citoyenne, même le capitalisme a dû, en façade, adapter sa rhétorique. Cependant, cela ne doit pas nous duper ! Le capitalisme, comme mode de production basé sur la propriété privée lucrative et l’accumulation illimitée des ressources, est intrinsèquement en contradiction avec ces problématiques écologiques.

PRENDRE LE JEU A NOTRE COMPTE Soyons sincères, nous ne vous parlerons pas de développement durable, et nous ne vous proposeront pas un système où tout serait pareil et où quelques changements à la marge nous permettraient de consommer de la même manière. Ce qu’il faut, c’est repenser le système économique et politique et cela aura nécessairement des répercussions sur notre quotidien. Loin de là, biensûr, l’idée d’un retour à la nature, la question est de savoir quels seront ces transformations et comment organisera-t-on la société et l’économie.

Réunion publique le mardi 20 novembre 2018 à 20h00 aux oiseaux de la tempête (14 rue de la pinterie – Fougères)

Un toit pour toutes et tous ! Action à Fougères

L’État, par le biais de la préfecture d’Ille-et-Vilaine a réduit les aides pour héberger les demandeurs d’asile. Conséquence ? De nombreuses personnes et familles ce sont retrouvées à la rue. Depuis août, la saturation des hébergements d’urgence s’aggrave.
Le département d’Ille-et-Vilaine refuse de financer des logements pour les familles à la rue en invoquant que ce ne sont pas ses missions. Il met alors de côté son rôle de chef de file de la protection de l’enfance en refusant d’héberger à minima les familles avec enfants.
Dans tout le département, de nombreuses personnes sont concernéEs. Les institutions et la plupart des mairies s’en désintéressent et c’est encore la solidarité qui prend le relais et tentent de mettre en œuvre des solutions d’urgence. À Fougères, la mairie réalise quelques rares mises à l’abri, mais c’est loin d’être suffisant au regard des besoins et du nombre de logements publics et privés vacants sur la ville.
Une ac
tion d’occupation de la PMI (protection médicale et infantile) a eu lieu hier soir afin d’alerter sur la pénurie de logement et de proposer un toit à une famille sans hébergement (faits réguliers depuis maintenant un mois et demi). Étaient présentEs à cette action des particulierEs, Alternative Libertaire, France Insoumise, des membres des oiseaux de la tempête et le collectif Bienvenue.
Une solution provisoire, jusqu’à la fin de la semaine a été trouvée, par le département, sous la contrainte de l’action des associations. Pour autant, nous exigeons des solutions à long terme construite par la sous-préfecture, la mairie et le département.
Im
poser un stress hebdomadaire sur le logement à des personnes déjà précaires est cruel et peut à terme fragiliser leur santé. L’heure n’est plus au ping-pong entre institutions se cachant derrière les missions de l’autre pour justifier de sa propre inaction. Il est aussi inacceptable que les institutions s’appuient sur les associations pour palier à leurs propres manquements. Un réel courage politique est de rigueur, prenant en compte la misère humaine.
Alternative Libertaire Fougères soutiendra et participera à l’ensemble des actions visant à régler de manière pérenne cette pénurie !
Nous vous convions à venir à la réunion du vendredi 19 octobre à 18h au local autogéré (14 rue de la pinterie) pour discuter des suites.

Urgence écologique sortir du capitalisme

/

QUELQUE 150 000 PERSONNES EN FRANCE, DANS PLUS DE 100 VILLES : LA MOBILISATION DU 8 SEPTEMBRE DERNIER EST LA PLUS GRANDE JAMAIS CONNUE EN FRANCE SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES.

La mobilisation que chacun espérait lors de la COP21, fin novembre 2015, a donc eu lieu ce 8 septembre 2018. La Marche pour le climat de 2015, organisée par la Coalition Climat 21, avait été interdite suite aux attentats du 13 novembre : à la place il y avait eu des « chaînes humaines » et 317 gardes à vue pour celles et ceux qui avaient osé se rendre place de la République et ne pas se disperser à l’annonce d’un ordre que personne n’avait entendu.

PRISE DE CONSCIENCE

Suite à un été où le réchauffement climatique a donné des signes très concrets de sa réalité (canicules, incendies, inondations, fonte de la calotte glacière…), et suite notamment à la démission de Nicolas Hulot, ministre de l’Écologie et de la transition, la question de l’urgence climatique est revenue avec force.
En effet, l’inaction gouvernementale sur les questions écologiques,  au temps où l’urgence consiste à mettre en place des mesures concrètes pour faire face au réchauffement climatique, a conduit à la mobilisation de milliers de personnes (notamment 50 000 à Paris).
Les personnes s’étant mobilisées début septembre, sont pour la plupart des personnes n’ayant que rarement mis les pieds dans des manifestations.

S’ajoute à ces marches, des rassemblements contre les pesticides. Ces rassemblements protestent contre les reculs réguliers des politiques sur la question du glyphosate et l’augmentation constante de l’usage des pesticides dans l’agriculture (12 % entre 2014 et 2016). C’est sous le nom « appel des coquelicots » que 400 rassemblements ont eu lieu vendredi 5 octobre en France. A Fougères, un rassemblement, soutenu notamment par la passiflore, a eu lieu.

VERS UN CAPITALISME VERT ?

Ces manifestations témoignent de l’inquiétude grimpante autour des questions écologiques, pour autant, elles ne portaient pas de revendications politiques précises.
C’est pourquoi, il est important d’inscrire ces marches dans un mouvement plus global.
Il est nécessaire, face à l’urgence écologique, de se reposer la question du système politico-économique dans lequel nous évoluons.
Force est de constater que le capitalisme et la sauvegarde de la planète sont incompatibles.

DATES A RETENIR

Alternative Libertaire Fougères invite toutes les personnes qui le souhaitent à se rendre aux rassemblements qui auront lieu les prochains mois sur la question climatique et à se rendre aux autres
initiatives qui suivront suite à l’appel des coquelicots.

-Lundi 8 octobre : Sortie du nouveau rapport du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies)

-Samedi 13 octobre, dans 27 villes en France : Marche mensuelle pour le climat

La marche la plus proche de Fougères sera à Rennes à 14h00 au mail François Mitterand

Une marche aura egalement lieu a Caen à 15h00 place Saint Sauveur

Une autre marche aura lieu le 10 novembre à 14h00 à Rennes, covoiturage au départ de Fougères à 12h30 parking de la poterne

-Du 25 au 29 octobre : Mouvement Ende Gelände : blocage de la mine decharbon et protection de la forêt de Hambach en Allemagne

-Vendredi 2 novembre 18H30, rassemblement contre les pesticides place Aristide Briand

-Courant novembre réunion publique d’Alternative Libertaire à Fougères sur la question

-Du 3 au 14 décembre : COP 24 en Pologne

Manifestation intersyndicale mardi 9 octobre à 17h30

/

L’exécutif a été secoué tout l’été par de nombreux scandales (Benalla, Buzin, …), malgré ces scandales, malgré les différentes levées de bouclier sur les orientations choisies par les politiques, le gouvernement continue à sacrifier le modèle social, le système de retraite, l’assurance chômage, les services publics (hôpitaux, prestations sociales,…), sélection dans l’enseignement supérieur.

L’idéologie gouvernementale, libérale, permet l’augmentation des richesses des plus fortunés et détruit les acquis permettant une répartition de cette dernière.

Le capitalisme et la recherche de la diminution de la dépense publique guide les politiques gouvernementales, qui loin de créer de l’emploi augmentent la précarité et les inégalités.

Il est important de combattre les attaques du gouvernement.

Alternative Libertaire Fougères soutient l’appel intersyndical à manifester le 9 octobre.

Rendons-nous mardi à 17h30 place Aristide Briand.

IVG à Fougères, mon corps mon choix

/

Depuis le mois de janvier 2018, l’Interruption Volontaire de Grossesse chirurgicale ne se pratique plus au Centre Hospitalier de Fougères.

Le groupe féministe de Fougères a été informé de la situation au mois de Mai 2018. Les patientes de Fougères et des communes environnantes, ayant recours à ce service, doivent se déplacer à Rennes pour pratiquer l’avortement au-delà de 9 semaines de grossesse.

Très inquiètes et inquiets de cette situation, le groupe féministe a demandé un rendez-vous auprès du directeur du C.H de Fougères en juin 2018 pour questionner les raisons de l’arrêt de cet acte et pour interroger également les raisons de l’arrêt des mammographies sur ce site.

En réponse, l’IVG a été arrêtée du fait du départ en retraite d’un médecin gynécologue et cette activité n’a pas été reprise faute de moyens humains.

Nous n’acceptons pas l’excuse d’un départ en retraite pour supprimer l’accès à l’IVG à Fougères.

Nous n’acceptons pas non plus que les suivis et soins dédiés aux femmes comme la mammographie, la maternité et l’IVG subissent des fermetures.

Lors de cette rencontre, nous avons discuté de ce qui pourrait être mis en place transitoirement afin de permettre aux femmes d’avoir accès à l’IVG chirurgicale durant l’attente d’une réouverture du service de l’IVG, que nous espérons très rapide.

Le groupe féministe demande

-Une information claire et bienveillante aux femmes voulant avoir recours à l’IVG, sur le circuit à suivre

-Une datation de la grossesse au Centre Hospitalier de Fougères dans un délai court

-Une prise de rendez-vous assurée par le service de Fougères, pour l’acte chirurgical, auprès d’un service hospitalier de Rennes.

-La prescription d’un arrêt de maladie pour la femme le jour de la pratique de l’IVG.

-Le financement d’un taxi VSL, par la Sécurité Sociale, pour les femmes ne pouvant se déplacer.

Nous avions également interpellé l’ARS Bretagne, son Directeur Général Adjoint nous conforte dans nos propositions par un courrier qu’il nous a adressé en août dernier. Il rappelle que l’accès à l’IVG est une activité règlementaire qui doit être assurée par l’hôpital public.

Si nous tentons de trouver de manière transitoire des solutions afin de permettre l’accès à l’IVG pour toutes les femmes ayant recours à cette solution, nous défendons que  L’IVG est un droit et son accessibilité une nécessité.

Le 28 septembre 2018 est la journée internationale du droit à l’avortement.

Dans ce cadre, une soirée débat autour de l’avortement en France et dans le monde aura lieu à 20 heures dans le local « Aux Oiseaux de la Tempête », 14 rue de la Pinterie à Fougères.

Le groupe féministe fougerais composé d’habitant(e)s, d’Alternatives Libertaires Fougères, du groupe d’action France Insoumise Pays de Fougères.

Covoiturage vers le rassemblement Clément Méric à Rennes

/

Le procès a débuté, la mobilisation en mémoire de Clément aussi.

Le procès des assassins de notre camarade Clément, s’est donc ouvert ce mardi 4 septembre aux Assises de Paris. L’un des prévenus s’est présenté avec quelques heures de retard, prolongeant ainsi la séance dans la journée. La veille un premier rassemblement en hommage à Clément avait déjà eu lieu place Saint-Michel. Jusqu’à la clôture du procès le 14 septembre, des initiatives auront lieu dans tout l’hexagone pour honorer la mémoire de Clément et rappeler la violence quotidienne des extrême-droites.

Alternative Libertaire Fougères organise donc un covoiturage vers l’évènement Rennais qui se tiendra Vendredi 14 septembre.