Des Lions à Fougères ? !

//

Vous avez déjà vu ces panneaux d’entrée dans la ville de Fougères  ? Ces panneaux, ville fleurie, sportive, … Et en bas du panneau, un petit bandeau avec quelques logos dont celui du Lions club et du Rotary club  ? ? C’est la même sur certains panneaux indiquant les places réservées aux personnes handicapées. Mais qui sont-ils ? Quelle est cette association qui a, chose exceptionnelle, le droit de marquer l’espace public, de s’afficher institutionnellement à l’entrée de la ville ? Comme si les panneaux d’entrée indiquaient  : « Bienvenue sur le territoire du Lions club  » !

Le Lions Club, est ce qu’on appelle un club service. Derrière des raisons philanthropiques qui sont souvent à l’origine de la création des clubs services tel que Lions Club et le Rotary Club, les clubs service sont des espaces de sociabilité des notables et de la bourgeoisie. Jusqu’à très récemment, la cooptation était nécessaire pour entrer dans le club, et les femmes y sont sous-représentées. Le Lions moins sélectif que le Rotary, regroupe souvent les petites bourgeoisies locales.
 
Au Lions sont surreprésentés les chefs d’entreprise, les avocats, certains sont même, au niveau régional, représentants patronaux aux prud’hommes. Le leitmotiv des clubs service est la mise en place d’actions dites philanthropiques. À Fougères, l’action principale du Lions club est la vente de tulipes notamment à destination d’associations caritatives. Les statuts du club fougerais précisent souhaiter «  unir par des liens de solidarité et d’amitié des hommes et des femmes représentatifs et qualifiés de la communauté  ».
Réservé prioritairement à des chefs d’entreprise, des avocats, des médecins, le Lions Club est un espace servant avant tout à étoffer son réseau, faire des connexions, et qui dit réseau de profession ayant des intérêts convergents, dit aussi capacité d’organisation, de lobbying et capacité d’influence accrue. Ce dernier point ne serait pas un problème si la bourgeoisie et nous avions des intérêts convergents, mais ce n’est que rarement le cas et les clubs service viennent s’ajouter à la longue listes de réseaux qu’ont constitué la bourgeoisie et les chefs d’entreprise  : syndicats de patrons, Chambre du Commerce et de l’Industrie, …
 
Dans différents ouvrages les sociologues Monique et Michel PINÇON-CHARLOT expliquent l’usage des clubs et lieux de sociabilité de la bourgeoisie, leur permettant de s’organiser et se reproduire. Les PINÇON-CHARLOT expliquent que les cercles mondains permettent à la bourgeoisie de se perpétuer, reconduire sa domination et maintenir son homogénéité.
 
Le Lions club est comme le Rotary marqué par des titres tel que «  gouverneur  » et des cérémonies pompeuses de passation de pouvoir. Ces cérémonials participent à ériger «  des barrières symboliques (mais aussi bien réelles de béton et d’acier) qu’érige la bourgeoisie pour se préserver, pour maintenir cet entre-soi, pour ne pas être confrontée à une quelconque altérité sociale. La ségrégation sociale que cette classe parvient à opérer, le racisme de classe qui la conduit à écarter tous ceux qui n’en sont pas, à les tenir à distance de ses lieux de prédilection, révèle la formidable violence symbolique qu’elle parvient à exercer, avec d’autant plus de force qu’elle a le droit et l’État – le sien – pour elle.  » (1)
 
 
Le Lions club se dit apolitique et areligieux, ce qui n’empêche pas ses membres de briguer des mandats ou d’entretenir des liens étroits avec les élus locaux. Ainsi lors du congrès régional du Lions Club à Fougères, le maire de la ville était présent à la plantation de l’arbre des Lions sur l’espace public. Cette colonisation discrète et institutionnelle de l’espace public fougerais est plus que questionnante, quand les autres associations doivent se partager 4 panneaux légaux squattés par des affiches à but commercial.
Enfin, les ouvrier.es, employé.es et professions intermédiaires représentent 83  % de la population fougeraise, mais sans espace d’organisation collective, leurs intérêts et influence sur ce qui fait la politique locale est clairement diminuée, c’est pourquoi il est nécessaire de rejoindre et construire dans sa boîte, les syndicats, et à côté de chez soi les espaces d’auto organisation et de démocratie directe, tels les locaux autogérés.

(1) Stéphane Olivesi, « Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Les ghettos du Gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces », Questions de communication, 14 | 2008, 401-403

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

L’hôpital de Fougères et la lente agonie des soins publics

Article suivant

Les Samedis à Calais

Derniers articles dans Fédéral