Space à Rennes, foire à l’agriculture intensive

dans Local

À Rennes, comme tout les ans, se déroulera prochainement, le SPACE et sa 30ème édition : étalage de machines hors de prix et d’exposantEs aux nombreuses casseroles pour certainEs.
Le SPACE, c’est plus de 6 millions d’euros de chiffre d’affaire, une belle part faite aux différents lobbys de l’agriculture (avec par exemple la CNIEL, qui organise certaines conférences, lobby français du lait), des syndicats ne faisant que peu de cas de l’environnement, tel que la FNSEA avec, en plus des stands, de nombreuses prises de parole officielles. Sans étonnement, la Confédération Paysanne, par exemple, n’y est pas, ce qui éclaire sur les choix de ce salon…
Les agriculteurs et les agricultrices seront invitéEs à venir admirer des machines et technologies, qui pour la pluspart les ruineraient, déjà pour certainEs étoufféEs par les dettes.
Les mêmes qui leur imposent les prix de ce qu’ils et elles produisent viendront leur faire la leçon sur comment être productif.ve.s et compétitif.ve.s, avec la quasi-moitié des conférences organisées par l’Institut de l’Elevage (dont l’objectif premier est la “valorisation de la compétitivité des élevages herbivores”).
Les visteurs et visiteuses pourront y saluer pour nous Lactalis, responsable de la pollution de la Seiche près de Vitré (voir notre communiqué sur la mortalité croissante de la faune et de la flore à cause l’usine Lactalis de Retiers), après avoir déversé des litres de lactoses dans les écosystèmes.
Alors que l’urgence écologique n’a jamais été aussi forte, le SPACE a fait le choix de mettre le paquet sur l’innovation et les nouvelles technologies, pour beaucoup polluantes, loins des enjeux d’aujourd’hui.
Ceux et celle-là même qui étouffent l’agriculture, vont parader, à côté des ministres alors qu’à quelques kilomètres de là, un agriculteur bio se fait expulser de ses terres pour construire une énième zone commerciale.
Même si nous ne condamnons pas l’amélioration des conditions de travail des agriculteur.rice.s permises par certaines technologies, loins d’être incompatible avec l’écologie, nous ne pouvons qu’être sceptiques sur un salon qui met à l’honneur l’hyperproductivité, des solutions homogènes sur les territoires, qu’importe les ecosystèmes dans lesquels évoluent les éxploitations, la compétitivité qui angoisse les exploitantEs au détriment de leur santé physique et mentale, l’incitation à l’endettement avec des machines beaucoup trop cher et le gaspillage d’argent d’un tel évenement.
Rappelons qu’Alternative Libertaire revendique une agriculture proche du modèle paysan, basée sur une activité non-productiviste, au service d’une consommation biologique et de proximité. Un modèle libéré des l’exploitation des industriels et des grandes surfaces, respectueux de la nature et des travailleurs et travailleuses.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*